Le Sens figuré

& Édouard Baribeaud

Les Larmes de Hegel

Olivia Bianchi & Édouard Baribeaud, Les Larmes de Hegel

Ollendorff & Desseins,

ISBN 978-2-918-00208-6182 pages • 160x210 mm

Publié avec le concours de : Centre national du livre

Achat sécurisé via Paypal

Prix TTC 24 EUR
Frais de port inclus (France)

Botanique hégélienne, par Édouard Baribeaud

La mauvaise réputation dont s’encombre Hegel doit beaucoup à lui-même. Elle n'aurait pas ce lustre sinon. C’est que notre égo admet mal de n’être que ce qu’il fait. Encore moins de n’être que l’instrument dont se sert l’absolu pour jouir de soi.

Il n'y a pas de héros pour son valet de chambre, par Édouard Baribeaud

On pourrait s’en prendre à la rugosité toute luthérienne du séminariste de Tübingen, à son sens de l’État, à cette angoisse de tout systématiser, mais ce serait oublier que la grande affaire de Hegel, c’est de célébrer, en véritable dramaturge, l’Esprit, ce héros total en quête d’une réconciliation inédite du théorique et du pratique.

L’enjeu de la réconciliation ? La liberté. La liberté concrète par laquelle nous récapitulons en nous l’esprit absolu. Une liberté en acte.

Les larmes de Traoré, par Édouard Baribeaud

Ruse de la raison, conscience malheureuse, travail du négatif ou dialectique du maître et du serviteur sont quelques-unes des grandes figures qui animent ce drame du devenir que nous retrace par touches successives Olivia Bianchi et qu’Édouard Baribeaud nous interprète en images tout à la fois subtiles et ironiques.

Les plaisirs de l'heure, par Édouard Baribeaud

Qu’il s’agisse des larmes de souffrance du négatif à l’œuvre dans l’histoire ou des larmes de joie d’une réconciliation finale, les larmes de Hegel expriment aussi les émotions portées par l’amour, l’art ou la religion, là où le fini se laisse surprendre par l’infini.

Des héros qui douillent... vides, par Édouard Baribeaud